Mendicité – Lettre au Bourgmestre de la ville de Luxembourg du 22.07.2016 + Réponse de Mme Polfer

Vogel à Mr Pregno

Madame le Bourgmestre,

 

Il y a un an, j’ai choqué le monde des hypocrites en dénonçant dans un courrier virulent (c’était la seule manière de trouver l’écho qu’il fallait) la mendicité en bande organisée, réprimée sévèrement par une loi de 2014 portant la signature de BRAZ.

L’article 2 de cette loi qui s’inscrit dans le cadre plus général de la traite d’êtres humains est conçu comme suit – je me permets de le citer en entier, alors que les autorités qui ont voté la loi sont les premières à ne plus s’en souvenir :

Article 2 :

 L’article 382-1 du Code Pénal est modifié comme suit :

 Article 382-1 (1) : Constitue l’infraction de traite des êtres humains le fait de recruter, de transporter, de transférer, d’héberger, d’accueillir une personne, de passer ou de transférer le contrôle sur elle, en vue :

(…)

3) de la livrer à la mendicité, d’exploiter sa mendicité ou de la mettre à la disposition d’un mendiant afin qu’il s’en serve pour susciter la commisération publique ;

(…)

 Article 382-1 (2) : L’infraction prévue au paragraphe 1er est punie d’une peine d’emprisonnement de trois ans à cinq ans et d’une amende de 10.000 à   50.000 €.

Il est d’un ridicule écœurant quand j’entends dire : « nous n’avons pas les moyens d’intervenir ».

Pourquoi alors voter des lois ?

Quel exercice idiot de remplir le Mémorial de textes qu’on n’a aucune intention de mettre en œuvre !

Je constate que depuis un an, en dehors de quelque baratin propre à la politicaille appelé à rassurer les citoyens dégoûtés, strictement rien n’a changé.

Ridicule aussi cet argument totalement débile que la preuve serait difficile à rapporter.

Il suffit d’identifier ceux qui recrutent, qui transportent, qui transfèrent et hébergent pour lancer la procédure.

Cela ne doit pas être sorcier, alors qu’ils sont amenés en troupeaux le matin et descendent à partir du Glacis et de la Gare vers les points stratégiques où les bols d’aumône sont déposés.

Votre Ville n’est plus vivable.

Allez voir tôt le matin la Place du Théâtre : un grand dortoir où les mendiants – ouvriers passent la nuit.

Personne n’ose s’y promener.

Vous avez l’obligation absolue d’assurer l’hygiène, la sécurité et la tranquillité.

C’est le respect de ces choses élémentaires qu’on attend de vous.

L’électeur vous a choisie pour gérer cela !

Il vous a fait confiance.

N’en abusez pas et faites enfin quelque chose d’utile au lieu de nous raconter les balivernes qu’il n’y a rien à faire, faute de preuves suffisantes.

 

Recevez mon profond respect.

 

Gaston VOGEL

 

Voir la réponse de Mme Polfer, Bourgmestre de la ville de Luxembourg ici.

 

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail