LETTRE AU DIRECTEUR DE LA POLICE

LETTRE AU DIRECTEUR DE LA POLICE

14 août 2019 0 Par Me Gaston Vogel

Monsieur le Directeur,

Je reviens à votre courrier daté du 07.08.2019.

Veuillez préciser la date précise des infractions en matière de circulation.

Enfin, que veut dire la phrase : « Vous avez fait l’objet d’une inscription pour convocation ??? »

C’est quoi ça ?

Pourquoi gardez-vous dans votre fichier 38 infractions, toutes en relation avec la circulation et non poursuivies en justice.

Tous les papillons que vous laissez voltiger ont de longue date et aussitôt fait l’objet d’un règlement.

Pourquoi gardez-vous une quelconque trace de ces mini-minissimes incidents, à moins que vous ne considériez qu’ils mettent en danger la sécurité du pays ?

Lisez ce que Reiland, ancien greffier, écrit sur Facebook :

Esou eng Usammlung vun ATën sin ëmmer als Mëttel versuergt gin fir eng « Appreciatioun » iwert eng Persoun ze kréien. 

Déi Appreciatioun as dann och dem Parquet gelegentlech matgedeelt gin an éngem neien Procès-verbal. 

Do as dann unhand vun enger Lëscht aalen Protokoller dem Prévenu önnerstallt gin, hién géng sech mat Persistenz an Konsequenz net un d’Verkéiersregelen halen.

Wann den Substitut, deen den Protokoll sollt ennerschreiwen fir eng nei Ordonnance pénale ze schécken en schlechten Daag hat, dann huët en den Fall an eng Sëtzung citéiert an en Führerscheinentzug reclaméiert.

Där hun ech alt selwer deemols önnerschriwen, och vun engem Kommerzant vun der Place d’Armes, deen sein Betrieb eréischt Nuets zougemach huët, dann nach Keess an Commandesën huet mussen machen an dann Moies net aus dem Bett komm as fir säin Auto zur Zäit ze réckelen.

Deen hat och eng Ribambelle vun iwert 40 ATën an krut den Führerschäin ofgehol, obschon hién alles ëmmer schéin brav bezuëlt hat.

Beim Me VOGEL wär ech virwetzeg emol ze liésen wat an den Geheimakten vum SRE steet déi mir leider nie ze gesin kréien. 

Do mussen och en puer flott « Appreciatiounen » dran vermiérkt sin. 

Schreiwt paul reiland op Facebook.

Faut-il supposer que vous gardiez le souvenir de ces petites choses pour salir, le moment venu, un citoyen par ailleurs totalement honorable, qui après 82 ans d’existence, n’a jamais eu quoi que ce fût à se reprocher.

Je veux une réponse à cette question lancinante et je ne baisserai pas les bras.

Recevez mes sentiments.

p. Gaston VOGEL

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail